Créer des communautés saines et adaptées aux personnes âgées dans les régions rurales du Canada – Comté de Grey

Niché sur la pittoresque rive sud de la baie Georgienne en Ontario, le comté de Grey abrite près de 100 000 personnes qui vivent dans des logements dispersés sur 4 500 kilomètres carrés de zones rurales et de petits centres urbains. Owen Sound, avec une population de 22 000 personnes, est le plus grand centre urbain du comté. 

Il y a environ 10 ans, le Bureau de santé a commencé à entretenir des relations avec nos partenaires municipaux, en particulier les services de planification des comtés de Grey et de Bruce, car nos comtés présentent des taux élevés d’obésité et de maladies chroniques. Par exemple, le taux de mortalité lié aux maladies cardiovasculaires est 27 % plus élevé dans les comtés de Grey et de Bruce que la moyenne provinciale “, indique Jason Weppler, gestionnaire de programme, Prévention des maladies chroniques et des blessures, au Bureau de santé de Grey Bruce. “Dans une certaine mesure, ces statistiques de santé reflètent le fait que ces deux comtés ruraux ont des populations plus âgées.” 

Environ 24 % des habitants des comtés de Grey et de Bruce ont plus de 65 ans, contre 17 % des Ontariens. Et cette différence se maintiendra au cours des 20 prochaines années. Mais d’autres facteurs contribuent à des taux plus élevés de maladies chroniques. 

En raison de l’absence de transport en commun, de la dispersion des logements et des petits centres urbains qui n’ont pas été développés en tenant compte de la “marchabilité”, les habitants de ces comtés ont moins d’occasions de maintenir les niveaux d’activité physique nécessaires à une bonne santé. Ce sont des problèmes qui ne peuvent être résolus qu’en examinant la façon dont nous concevons et développons nos communautés“, déclare M. Weppler.

À la lumière de ces tendances, le comté et le Bureau de santé ont collaboré pour créer des communautés saines et adaptées aux personnes âgées. Au départ, les urbanistes et les professionnels de la santé publique se sont efforcés de comprendre leurs objectifs et leurs processus respectifs. Plus récemment, ils ont entretenu des relations avec les ingénieurs et les promoteurs immobiliers du comté, notamment sur les questions liées aux systèmes de transport.  

En tant qu’urbanistes, nous n’avons pas nécessairement reçu de formation sur les indicateurs sociaux et environnementaux de la santé, de sorte que nous ne comprenions pas comment l’aménagement et le design pouvaient avoir un impact sur la santé physique et mentale de nos communautés. Il a été utile de travailler avec le Bureau de santé pour comprendre ses objectifs et obtenir son aide pour élaborer nos politiques“, propose Scott Taylor, directeur des services d’aménagement du comté de Grey. “Il a été particulièrement utile que ces conversations aient également lieu à tous les niveaux du personnel de nos organisations et au conseil de santé, où le médecin hygiéniste s’est efforcé de sensibiliser les maires et les maires adjoints aux liens entre l’aménagement communautaire et la santé publique.” 

Le nouveau plan officiel du comté de Grey, approuvé par la province en 2019, reflète la collaboration intersectorielle qui a eu lieu dans le comté. Il comprend un certain nombre de politiques générales, et de nombreuses politiques très spécifiques, qui visent à encourager le développement de communautés saines et adaptées aux personnes âgées. Il souligne la nécessité de promouvoir une infrastructure de transport actif, y compris un mobilier pour piétons, des espaces ouverts publics sûrs et accessibles, l’accès à des espaces verts, l’accès à des aliments locaux sains et abordables, et un développement adapté à tous les âges et à toutes les capacités, ainsi que la densification résidentielle, tout en limitant l’exposition aux risques environnementaux. 

Pour atteindre ces objectifs, le plan officiel engage le comté à prendre en compte une grande variété de modes de transport lors de la conception de ses routes. Il indique, par exemple, que le comté envisagera d’aménager des accotements pavés pour toutes les routes du comté afin d’accueillir les cyclistes et d’autres modes de déplacement alternatifs. Il prend également en compte la connexion des sentiers, des trottoirs et des accotements pavés existants et futurs dans tout le comté, reconnaissant ainsi les avantages pour la santé d’un réseau de transport actif connecté.

Soucieux de voir ces recommandations mises en œuvre dans chaque nouveau chantier, les deux comtés et le Bureau de santé fournissent une liste de contrôle pour un développement sain aux promoteurs immobiliers en amont du processus de développement, afin qu’ils puissent intégrer des concepts de communautés saines dans leurs projets. Cette liste préconise la promotion d’une utilisation mixte des terres en intégrant une variété de développements résidentiels à moins de 800 mètres des commerces, des centres de loisirs, des parcs et des espaces publics ; de préserver les forêts urbaines et de consacrer au moins 5 % de la superficie totale du terrain proposé à des espaces publics extérieurs ; et de concevoir des blocs de quartier de moins de 250 mètres de long.

L’accent mis par le comté sur les transports se traduira notamment par un développement considérable des infrastructures au cours des prochaines décennies. Un nouveau plan directeur pour le vélo et les sentiers a été créé en 2020 pour complémenter le plan-cadre et recommande de développer 733 km de voies cyclables et de sentiers sur 20 ans, dont 120 km d’accotements pavés et 249 km de routes signalisées à développer au cours des 10 premières années. 

En partenariat avec des étudiants du programme en aménagement urbain et rural de l’Université de Guelph, le comté de Grey a également élaboré des lignes directrices pour les communautés et les résidences en santé afin d’encourager les intervenants en matière d’aménagement et de développement urbain et rural à créer des communautés connectées, conviviales pour les piétons et saines qui favorisent l’activité physique. Par exemple, ce plan recommande l’emplacement de parcs dans un rayon de 400 mètres à pied.   

Ces nombreuses années d’éducation et de collaboration portent leurs fruits “, note Scott. “Nous avons constaté un changement d’attitude de la part des représentants élus. Désormais, lorsque des projets sont proposés, ils posent systématiquement des questions importantes telles que : Où sont les parcs ? Où sont les sentiers et les trottoirs ? Dans tout le comté, on a maintenant le sentiment que nous travaillons tous vers des objectifs similaires.” 

Scroll to Top