Contenir l’étalement urbain à Hamilton

Contexte

En fin d’’année 2021, la ville de Hamilton a voté en faveur de la création d’une limite urbaine stricte et est devenue un chef de file en matière de planification urbaine durable en Ontario. Cette décision est due en grande partie aux groupes communautaires qui ont mobilisé les résidents autour de cette question.

Sous l’ancien gouvernement provincial, plusieurs stratégies et politiques de planification étaient en place en Ontario pour freiner l’étalement urbain et protéger les terres agricoles et les espaces verts dans la région du grand Toronto et de Hamilton (RGTH) “, explique Lynda Lukasik, directrice générale de l’organisme sans but lucratif Environment Hamilton. “Ces lignes directrices encourageaient, et parfois même imposaient, le développement de communautés complètes, accessibles à pied et à vélo et propice au transport en commun. Mais cela a changé au cours des dernières années. Notre gouvernement provincial actuel a assoupli un grand nombre de politiques qui étaient conçues pour contrôler l’étalement urbain. Par exemple, à Hamilton, la province a réduit les exigences minimales en matière de densification urbaine, annulant ainsi les politiques visant à introduire progressivement des objectifs plus ambitieux.”

Le défi

Dans le cadre des politiques provinciales “assouplies”, la ville de Hamilton a présenté une proposition de développement de la ville qui s’étale jusqu’en 2051. Une évaluation de la quantité de terrains nécessaire pour répondre à la croissance démographique prévue au cours des 30 prochaines années était comprise dans cette nouvelle proposition. En supposant que les modèles de développement des 20 dernières années se maintiendraient, la ville prévoyait qu’elle aurait besoin d’aménager plus de 3 000 acres de terres agricoles de première qualité entourant les zones actuellement développées dans la ville.

Nous avons contesté ces projections parce qu’elles sont fondées sur des modèles de développement et des préférences des citoyens qui sont dépassés. L’évaluation ne reflète pas l’évolution des attitudes de la population, à savoir que les personnes âgées de notre communauté cherchent maintenant des résidences de plus petite taille au sein de leur communauté, tandis que les jeunes adultes recherchent un style de vie plus urbain qui favorise les modes de transport actifs comme le vélo“, propose Lynda. “Cette projection ne reflète pas non plus les actions requises pour faire face à la crise climatique, la nécessité de préserver les terres agricoles de première qualité, et l’importance d’un développement favorisant le transport en commun qui réduit les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports.”

Le processus

Environment Hamilton a organisé plusieurs webinaires afin de consulter les résidents de Hamilton sur la question des limites urbaines de la ville. On a été étonnée du nombre de personnes qui se sont présentées et de leur réaction passionnée à ce sujet.

Un très grand nombre de personnes ont participé à nos webinaires et un nouvel organisme communautaire a vu le jour sous le nom de StopSprawl HamOnt“, note Lynda. “Les gens semblaient surtout préoccupés par la perte de terres agricoles et les conséquences que cela pourrait avoir pour la sécurité alimentaire face à la crise climatique. Il en va de même pour la communauté agricole. En fait, les agriculteurs locaux et leurs associations ont appuyé fortement l’idée d’une limite urbaine stricte.” 

Les groupes communautaires ont commencé à consulter le public par l’entremise de réunions individuelles, via les réseaux sociaux, et lors des webinaires. StopSprawl HamOnt a mis en place un outil en ligne afin de permettre aux résidents de communiquer directement avec leurs conseillers municipaux. L’organisme a également fourni aux résidents des affiches “Stop Sprawl” et a placé des annonces à la radio. Ils ont encouragé les résidents à faire part de leurs préoccupations à leurs conseillers municipaux. Finalement, Environment Hamilton a organisé des webinaires destinés au public sur le processus de délégation. 

Le processus de délégation a été expliqué aux résidents “, déclare Lynda. “Nous les avons aidés à comprendre comment ils pouvaient faire une soumission par écrit ou en personne à la réunion du conseil municipal et nous leur avons offert des conseils sur la façon de préparer une soumission ou une présentation efficace.” 

Le résultat

En mars 2021, le conseil a répondu aux appels des résidents en demandant aux employés municipaux de mener une enquête auprès des ménages sur cette question. Le sondage fut acheminé en format papier par la ville. StopSprawl HamOnt a également rendu l’enquête accessible aux résidents grâce à un outil en ligne. En fin de compte, environ 18 000 résidents ont répondu à l’enquête, soit plus de 2 % de la population de Hamilton. Quatre-vingt-dix pourcent des répondants appuyaient l’option d’une ” limite urbaine stricte” et des résidents de tous les quartiers de la ville se sont déclarés très favorables à cette option. 

Lorsque la question de la limite urbaine fut soulevée au conseil municipal en novembre 2021, environ 120 personnes présentèrent des soumissions écrites au conseil et 60 autres firent des présentations orales. Lors de cette réunion, le conseil municipal de Hamilton a voté en faveur du maintien d’une limite urbaine stricte à Hamilton jusqu’en 2051.

Une proposition préliminaire sur les stratégies à mettre en œuvre pour soutenir la croissance à l’intérieur des limites urbaines existantes a été préparée par le personnel de la ville.  Nous examinerons attentivement ces recommandations. on souhaite augmenter les densités autour des principaux arrêts de transport en commun et le long des corridors achalandés, tels que la nouvelle ligne de train léger sur rail (TLR), afin de maximiser l’efficacité du service de transport en commun. Mais on devra aussi chercher des moyens novateurs pour établir un « entre-deux manquant », c’est-à-dire de créer des quartiers à densité modérée qui offrent un bon potentiel pour se déplacer à pied ou à vélo et qui favorisent le transport en commun”, explique Lynda. “Notre objectif est de créer une communauté plus saine, résiliente au changement climatique et plus équitable. La frontière urbaine stricte nous aidera à y parvenir.”

 

Scroll to Top